Née le 11 Mars 1984 au Sud du Cameroun, Mireille ATSINA OBOUNOU de son pseudonyme LADY B, LADY BANTU se découvre une vocation pour la scène dès l’âge de 10 ans. 1994 : est une date qui marque le début de la carrière de LADY B dans une émission télévisée de la chaine nationale où elle interprète de différentes stars de la chanson mondiale. C’est aussi l’année où le STUDIO KARELLE à Yaoundé produit certains de ses titres. Pour parachever cette période de sa vie, LADY B s’appuie sur des artistes émérites tels que le groupe ZANGALEWA à qui on doit le succès planétaire de la chanson ‘’Zangalewa’’ ainsi que de SISSY DIPOKO.

1996 affirme sa vocation sur la scène de l’INSTITUT GOETHE DE YAOUNDÉ où elle interprète un featuring avec le groupe DIRANE POSSY. En 1997, sa prestation au FESTIVAL DE JAZZ sous les manguiers et au club AMT dévoile les prémices de son pluralisme artistique, la générosité de son talent ; Au début des années 2000, LADY B déclare publiquement son amour pour le hip hop au détour d’une scène avec le groupe Black Malam. Cette relation d’amour se confirme par une scène ouverte avec l’ex groupe DIRANE POSSY. C’est en compagnie de ces derniers que Lady B s’impose dans l’univers du hip hop camerounais au cours d’une tournée époustouflante, organisée par GUINESS (Festival Guiness Michael Power).

En été 2002, on ne saurait plus parler du Hip hop camerounais sans parler de Lady B comme le témoignage ses scènes du 03 juillet au 07 Août 2002 (HIP HOP R1B organisé par le DYNCH music), le 28 Août 2002 (concert de plus de 1000 personnes organisé par RTM et PMUC). Retrouvant ses premières sonorités musicales, LADY B commence un long cheminement comme chanteuse de variété dans une pléthore de cabaret de Douala. Au rythme rétro, elle fait vibrer de sa voix suave, de son punch artistique le public durant 2 ans. Le 18 mars 2004, elle refoule la scène du CCF de Douala comme invitée de Clotaire K, un hip hopper libanais venu faire découvrir son univers particulier au camerounais.

Lady B : le tournant…
2005 est l’année LADY B. Elle remporte le prestigieux prix de l’époque : le CONCOURS COCA COLA DREAM à vocation de produire une compilation des meilleurs talents hip hop et R&B camerounais. Année décisif, année de rêve, année de consécration pour celle qui deviendra plus tard la reine du hip hop camerounais. S’enchaine alors une série de contrats publicitaires (affichage sur les bouteilles de Coca Cola, Sprite, Fanta, calendriers, cartes de voeux).

C’est l’année de toutes les consécrations avec le début des scènes internationales au côté de somites de la discipline :

SOMMET DE HIP HOP en Afrique du Sud (2005).
2006 confirme le tournant international prix par la carrière de LADY B avec sa participation en 2006 au GABAO HIP HOP FESTIVAL de Libreville. C’est aussi l’année de la naissance de son premier album solo « MA COLERE » où LADY B montra sa maturité artistique par des prises de position sur la violence faîtes aux femmes. En 2009 son deuxième album FILLE BETI et deux and plus tard ANOTHER PART OF ME confirme sa volonté de défendre les droits de la société. LADY B a grandi, LADY B a muri mais LADY B a toujours la volonté de décrier les injustices de la société. Les années suivantes LADY B s’est affirmée sur les scènes internationales avec sa participation aux scènes HIP HOP internationale telle que : HIP HOP KANKPE au Benin, LA NUIT DE LA MUSIQUE au Gabon. C’est durant ses scènes internationales que LADY B va élever son talent au sommet grâce aux influences d’autres artistes tel que : DIDIER AWADI, K’NAAN, DIAM’S, EVE, LA FOUINE, SOPRANO, AKON pour lesquels elle fait les premières parties de concert.

Après avoir grandi, muri, LADY B est devenue « sage ». La femme depuis l’aube des temps a toujours été la poutre qui a été le soutien du monde et paradoxalement elle n’a jamais aussi autant été celle qui a porté les torts et les maux du monde. Lady B nous parle de cette femme là, forte, agile, sensuelle et pleine d’amour. Malgré tout, cette femme encrée au fond d’elle-même et surtout qui ne perd pas ses repères. Parallèlement, « Ô PAYS DES FEMMES SAGES » est un voyage exotique au coeur des racines qui caractérisent chaque individu, qui ne devrait pas s’en dissocier mais plutôt s’en enorgueillir. Comme elle le dit si bien : « Je suis LADY B, je suis la fille bantou, je suis la fille de la forêt ».

Le voyage entrepris dans son dernier album « Ô PAYS DES FEMMES SAGES » se parachèvera avec un deuxième volume. Qui sera la découverte d’autres sonorités camerounaises avec un fond de hip hop à l’image de la mixité culturelle qu’est la Cameroun.